réseaux sociaux

Ils ont entre 150 000 et 7 millions de followers et une influence sans précédent sur les jeunes en quête d’un corps parfait. Sur Youtube, le sport est le 3e segment de contenu consommé, derrière le lifestyle et la musique.

On les connaît sous le nom de Tibo In shape, Sissy Mua, Sonia Tlev ou encore Kayla Itsines. Ils ont envahi les fils d’actualités des réseaux sociaux et postent tous les jours leurs conseils sport et bien être.

Un temps dépassé par ce phénomène, les salles de sport ont dû réagir. « Il a fallu adapter le contenu des espaces musculation, les programmes de cours collectifs ou encore le suivi proposé par les coachs sportifs », nous rapportait un gérant de plusieurs salles à Toulouse. Les responsables de salles de sport que nous avons interrogés, confirment que la tendance à largement influencé leurs évolutions récentes.

Certains ont développé leurs propres applications pour smartphone pour permettre d’emporter son coach à la maison (idéal pour ne pas perdre le fil quand on ne peut pas aller à la salle de sport).

D’autres ont fait évoluer certains cours collectifs avec l’arrivée par exemple de séances de squats challenge. Le squat, ce mouvement de descente et remonté sur les jambes qui permet de travailler les fessiers.

Enfin, certains se sont mis à donner les conseils d’une bonne alimentation pour optimiser l’entraînement, en postant des recettes sur leur page Facebook.

La relation va même désormais plus loin avec maintenant des contrats d’images qui se signent entre ces influenceurs et des marques de salles de sport.

Et vous, vous connectez-vous à Facebook lorsque vous faites du sport ?
48% des utilisateurs Facebook répondront OUI. Et bon nombre partagent leurs performances sur les réseaux sociaux. Instagram avec sa communication basée sur l’image prend largement les devants. On y retrouve les photos d’entraînements, les mini vidéos montrant les exercices réalisés pendant la séance ou encore les séances de « pausing » dans les vestiaires permettant de mettre en avant les parties avantageuses du corps. Aussi, Google annonçait il y a quelques mois que 39 % des personnes qui regardent des vidéos de sports sur Youtube la pratique en même temps, mettant ainsi en application les conseils de leurs youtubeuses et youtubers favoris.

Selon certains spécialistes, ce phénomène est très largement bénéfique pour les clubs de sport, car la conquête d’un corps parfait ne peut désormais plus se faire chez soi. Il faut une cage à squat pour madame ou un banc de développé couché pour monsieur. D’ailleurs, pour vous permettre de diffuser correctement vos photos et vidéos sur les réseaux, l’accès Wifi est gratuit dans tous les clubs qui ont compris l’importance du partage communautaire.

Selon nous, le seul point négatif est la distance inévitable qui existe entre ces coachs virtuels et vous, qui pratiquez réellement ces exercices. Mauvaise position, interprétation faussée, abus ou surentraînement, ils ne sont malheureusement pas là pour vous corriger. Même si vous tentez de partager votre expérience avec eux, ils n’ont désormais plus le temps de répondre à toutes les sollicitations.

A l’heure où vous explorez toutes les salles de sport et allez prendre la décision de votre lieu de torture, nous ne pouvons que vous conseiller de choisir un club adapté à votre expérience, votre motivation et capable de vous aider à atteindre vos objectifs.

Article du journal Côté Toulouse publié le 7 septembre 2017.

Téléchargez l’article : ici

Logo_footer   
     © 2018 Lady Concept | Mentions légales | Résiliation